Poitrine & performance: focus sur le rebond.

En Angleterre, le problème est pris très au sérieux. C’est ainsi que la BETA (British Equestrian Trade Association), la fédération britannique et les chercheurs de l’Institut de Biomécanique de Portsmouth se sont unis pour créer une campagne de prévention destinée aux cavalières. Ensemble, ils ont publié le « Guide du Soutien-gorge pour la Cavalière »* , basé sur les recherches exhaustives menées par le Dr Jenny Burbage de l’Université de Portsmouth, et Lorna Cameron, du Sparsholt College dans le Hampshire. Les cavalières ne sont pas conscientes que leurs soutiens-gorges sont inadaptés. Leurs études montrent notamment que seulement 19% des cavalières confirment toujours monter avec un soutien-gorge de sport contre 91% des femmes pratiquant la course à pied. Pourtant, les deux sports sont catégorisés au même niveau d’impact.


Seulement 19% des cavalières montent avec un soutien-gorge de sport contre 91% en course à pied.

DR JENNY BURBAGE
Chercheuse en sports & biomécanique à l'Université de Portsmouth

Le Dr Burbage explique ces chiffres de plusieurs façons. La majorité des soutiens-gorges de sport est destinée au running lors du discours promotionnel. Cette publicité mène la consommatrice à penser qu’un soutien-gorge de sport n’est pas nécessaire pour d’autres sports, comme l’équitation par exemple! L’ amalgame entre « sport » et « sport cardio » est un autre problème. Un sport à fort impact n’est pas nécessairement un « sport cardio » et l’équitation en est le parfait exemple. Certains auront tendance à dire que l’équitation n’est pas vraiment un sport (grrrr) et pourtant! Le débattement subit par la poitrine sera plus important que lorsque vous courez un marathon! Il est temps de sensibiliser les cavalières qui pensent que bien s’équiper n’est pas nécessaire. Certaines sont freinées par l’esthétique des soutien-gorges actuellement proposés sur le marché: trop agressifs, trop flashy… Un look qui n’est pas adapté aux tendances dans le monde équestre.

Laboratoire de test des brassières de sport
SOURCE : UNIVERSITÉ DE PORTSMOUTH

Qui dit rebond de la poitrine, dit mauvaises performances!

Le Dr Burbage conclut ses recherches en appelant les acteurs de la filière équine britannique à prendre des initiatives pour sensibiliser les cavalières. Car, en plus de la douleur, une cavalière gênée ou en souffrance provoque une crispation, générant une baisse conséquente de ses performances sportives, peu importe la discipline ! Chez les cavalières, ces crispations dues à la douleurs se feront ressentir en premier lieu dans la bouche et le dos de l’équidé. Arthur Gentina – Ostéopathe D.O. spécialiste des cavalières – nous confirme que les séquelles chez les femmes et chez leurs chevaux sont évidentes.

Simona Halep rejoint le top mondial en réduisant l’impact de sa poitrine.

Connaissez vous l’histoire surprenante de la tenniswoman Simona Halep ? Cette joueuse d’exception a vu sa carrière exploser suite à une opération de réduction mammaire. « Cela me faisait mal au dos, me gênait pour servir » déclare t-elle. Aujourd’hui à la tête du classement mondial, elle nous permet d’établir une corrélation forte et évidente entre support de la poitrine et performances sportives.

# #

Liens

"An investigation of bra concerns and barriers to participation in horse riding" par Jenny Burbage & Lorna Cameron

researchportal.port.ac.uk

"Breast movement asymmetry during running: implications for breast support" par Jenny Burbage, Timothy Exell, Alex Milligan, Amy Sanchez, Brogan Horler, Chris Mills, et Joanna Wakefield-Scurr

researchportal.port.ac.uk

Site Officiel de Simona Halep

simonahalep.com

Shop now

"Tout y est ! La qualité de confection et les techniques d’assemblage sont dignes des meilleures marques historiques."

Grégory Pessey